Les carrefours migratoires mondiaux : la Mer Noire, de la concentration de migrations ethniques à la dispersion de transmigrations cosmopolites en Europe occidentale

Introduction : Migrants transnationaux colporteurs pour la vente souterraine de marchandises d’usages licites et migrants des trafics criminels de la Mer Noire à l’Europe de l’Ouest.

Deux populations de migrants internationaux pauvres sont prises à témoin dans cet article. Il s’agit d’abord des Baloutches afghans et iraniens qui vendent (hors taxes, soit à 40 % de leur valeur marchande de la grande distribution), à travers l’Europe et tels des colporteurs , des produits électroniques fabriqués dans le Sud Est Asiatique (SEA) et passés en « free tax » et hors contingentements par le Golfe. Leur étude est comparée à celle des Géorgiens, accompagnateurs et gardiens de jeunes femmes balkaniques et caucasiennes jusqu’en Espagne, pour le travail du sexe, et simultanément passeurs de psychotropes opiacés.

Les uns et les autres traversent la mer Noire à de multiples reprises pour leurs commerces. Leurs contours identitaires évoluent cependant très différemment au fur et à mesure de leur mobilité migratoire, alors même que sont empruntées des voies communes. Ces navigations et les séjours d’étape dans les ports, ukrainiens, russes, abkhazes, géorgiens, turcs, bulgares et roumains, afin de rassembler les 6,5 milliards de dollars de marchandises, aboutissent, pour les colporteurs de produits fabriqués dans le SEA, à une refondation, sur des bases cosmopolites, des groupes de migrants qui se présentent, à leur arrivée, comme ethniques, tels les Baloutches : le processus de brassage n’est pas sans rappeler celui de la moral area définie par Park à Chicago et utilisée par les sociologues de cette Ecole, jusqu’aux plus contemporains , pour analyser les continuités économiques et sociales entre activités souterraines et officielles. Cette refondation sur des bases cosmopolites ouvre les voies du commerce transnational à ces populations désormais dénommées transmigrantes. Elles commercialisent les produits d’usages licites et font la découverte de l’altérité.

 

Télécharger le document

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *