Une démarche d’archéologue : l’historien et les témoignages de 1914-1918

Introduction : Il existe une véritable archéologie de la Grande Guerre qui a mis au jour un tank britannique, la tombe collective de l’auteur du Grand Meaulnes et de ses soldats, celle des Grimsby chums, et tant d’objets de la vie quotidienne des hommes des tranchées1.Si l’on veut  parler des cahiers et carnets de combattants ou de civils et des correspondances échangées pendant la guerre entre le front et l’arrière, quel est le rapport avec l’archéologie ? C’est que ces témoignages écrits sont eux aussi des objets, des traces matérielles que l’historien, comme un archéologue, doit situer dans leur contexte s’il veut être capable de les comprendre. Alors, l’information apportée par le témoignage prendra toute sa valeur pour contribuer, en confrontation avec d’autres documents, à la connaissance historique mise à la disposition de nos concitoyens. Il restera à faciliter l’accès direct aux objets eux-mêmes ; ceux que l’archéologue a découverts sont exposés dans les vitrines ou entreposés dans les réserves des musées ; certains témoignages écrits de 1914-1918 peuvent devenir des livres, mais les autres ?

 

 

 

  1. Voir Yves Desfossés, Alain Jacques et Gilles Prilaux, L’Archéologie de la Grande Guerre, INRAP et Ouest-France, 2008 ; Frédéric Adam, Alain-Fournier et ses compagnons d’arme, Metz, Éditions Serpenoise, 2006, 219 p. ; voir aussi la rubrique « Archéologie » sur le site www.crid1418.org []

Rémy Cazals

FRAMESPA (rm.cazals@wanadoo.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *